Banner

**English below**

Il s’agit d’un mois pour réfléchir à la question des prisons comme méthode de répression et de contrôle social. L’idée est de faire de l’éducation populaire et de sensibiliser les gens à cette méthode oppressive, patriarcale, colonialiste, raciste et capitaliste. Tout en essayant de réfléchir collectivement à comment ça devrait être dans un monde libertaire et anti-oppression.

Il est important de noter que nous sommes un groupe autonome, indépendant et qu’en aucun cas nous laisseront de côté cette autonomie que ce soit pour recevoir des subventions ou pour créer des collaborations. Nous sommes tou.tes des militant.es provenant de divers milieux se réunissant dans ce projet avec un but commun : réfléchir à la prison dans une perspective abolitionniste et libertaire. Nous sommes d’ancien.ne.s détenu.es politiques, des proches de (ancien.ne.s) détenu.es et des camarades solidaires. Nous souhaitons lancé la réflexion dans les milieux militants (particulièrement dans le milieu francophone) car nous considérons qu’il s’agit d’un thème trop peu abordé mais très important, surtout avec le contexte de surjudiciarisation post-G20 et de la grève étudiante de 2012.

En ce qui à trait aux activités proposées, elles visent à faire réfléchir sur la question des prisons comme méthode de répression et de contrôle social. L’idée est de faire de l’éducation populaire et de sensibiliser les gens à cette méthode oppressive, patriarcale, colonialiste, raciste et classiste utilisé par l’État pour contrôler le peuple. Tout en essayant de réfléchir collectivement aux alternatives possibles dans une perspective de liberté, anti-oppressive et d’égalité. L’idée étant de faire des activités entre le 8 janvier et le 8 février 2015, à question de deux activités les soirs de semaine et une durant la fin de semaine. Le mois se terminerait par une dernière journée complète d’activités et de pannel.

Mois contre les prisons

///

This is a month to think about prison industrial complex as a method of repression and social control. The idea is to make public education and awareness of this oppressive, patriarchal, colonialist, racist and capitalist method. While trying to collectively reflect on how it should be in a libertarian world and anti-oppression.

It is important to note that we are an independent group, autonomous, and that under no circumstances leave us aside this autonomy whether to receive grants or create collaborations. We are all activists from diverse backgrounds coming together in this project with a common goal: to reflect on the prison in an abolitionist and libertarian perspective. We are former political prisoners, close to (ex) political prisoners and comrades in solidarity. We wish to launched reflection in activist circles (particularly in the French-speaking environment) because we consider that it is a too little discussed topic but very a very important one, especially with the context of post-G20 judiciarization and the student strike 2012.

Relating to the proposed activities, they aim to reflect on the issue of prisons as a method of repression and social control. The idea is to make public education and awareness of this method oppressive, patriarchal, colonialist, racist and classist used by the state to control the people. While trying to collectively reflect on possible alternatives from the perspective of freedom, anti-oppressive and equality. The idea is to do activities between January 8 and February 8, 2015, to issue two activities weekday evenings and during the weekends. The month would end with a final full day of activities and pannel.

Publicités